samedi 24 avril 2010

Uyuni et le Sud Lipez - 23 au 27 avril

Nous sommes arrives a Uyuni après 7h d un trajet en bus assez infernal depuis Tupiza. Certes, on aurait pu prendre le train mais il quitte Tupiza en fin d'après midi et arrive a Uyuni en pleine nuit. Et on n aime pas ça, car c est toujours un peu angoissant d arriver en pleine nuit quelque part, donc on a pris le bus. Un mini bus inconfortable dans lequel on a été secoues comme des pruniers... La route Tupiza- Uyuni est une piste non goudronnée : elle est quand même damée jusqu'au village poussiéreux d Atocha ou on s est arrêté pour manger (une banane et du pain) en tachant désespérément de ne pas avaler la poussière soulevée par les rafales de vent. Ensuite on roule sur du sable ou pire, sur des cailloux pendant des heures. Aie aie, aie... Heureusement les paysages sont a couper le souffle mais mieux vaut ne pas avoir le mal des montagnes (on passe au dessus de 4000 m une bonne partie du trajet), ni le mal des transports, sinon on est cuit ! Quelle beauté quand même : on passe plusieurs cols, on remonte et on redescend encore et encore, puis les hauts plateaux arides avec plein de troupeaux de lamas. Le pire dans ce bus, c'était de supporter le bruit : celui du moteur bien sur mais surtout celui d une vieille télé avec le son pousse a fond, en plus d une radio qui jouait des chansons locales, avec en plus un ou deux portables au son grésillant... On était au dessus des décibels acceptables par nos petites oreilles... Le bruit, dans toute l'Amérique du sud, c est quelque chose !!!
Uyuni est une petite ville tranquille, en plein désert, a 3700 m d altitude. Il n y a pas grand chose a part la place centrale ou se dresse la tour horloge, d ailleurs pas a l heure. Mais bon, on aime bien. Lors de notre voyage en Bolivie en aout 2003, on était déjà venu et on avait déjà fait le tour de 3 jours dans le Sud Lipez. Mais c est tellement exceptionnel, qu on a saisi l occasion d y retourner. Ces paysages sont parmi les plus sauvages de la planète, on est sur l altiplano entre 4000 et 4800m d altitude et on voit de très nombreuses vigognes, autre animal de la famille du lama dont la laine est particulièrement fine et recherchée.
On a eu de la chance de pouvoir faire notre tour car la semaine d avant, des campesinos et des ouvriers de la mine de San Cristobal d or et d argent, bloquaient toutes les jeeps pour faire pression sur le gouvernement et demander des conditions de vie et de travail meilleures. Il faut dire que la Province du Sud Lipez est la plus pauvre de la Bolivie. Le blocus s'était calme ; le gouvernement ayant promis de nationaliser la mine appartenant a des capitaux étrangers (essentiellement japonais). Il a aussi présente un programme de développement des accès a l eau et a l'électricité pour la population. Mais la situation reste tendue.

D Uyuni a la frontière boliviano-chilienne et San Pedro de Atacama (Chili)
On a donc réserve un tour de 3 jours auprès d une agence d Uyuni (le choix ne manque pas) et sommes partis en jeep avec chauffeur avec 4 Anglais avec qui on s est très bien entendu : Holly et Olivia pour les filles (du sud de l Angleterre) ; Ben (du Yorkshire) et Jamie (de Londres) pour les garçons. Ils avaient des mp3 avec de la super musique, ça faisait longtemps qu on en avait pas écouté !
Le premier jour, on traverse le salar d Uyuni, le plus grand lac sale du monde avec 200 000 km2 (pour mémoire les Salinas Grandes d Argentine dans la région de Salta font 12 000 km2). Le clou de la journée, c est la isla del pescado, une ile qui se dresse avec des centaines de cactus en plein milieu du salar. Depuis le sommet de l ile, la vue est imprenable sur le salar. Le soir, on a dormi dans une auberge du village de San Juan situe au sud du salar ; un village hors du temps.
Le deuxième jour on passe de lagunes en lagunes avec leurs oiseaux et leurs flamands roses. Malheureusement on a pu constate combien elles s étaient asséchées depuis 7 ans... incroyable. Le changement climatique est incrimine. D ici 5 ans, il n y aura surement plus d eau du tout. La couleur blanche du bore autour des lagunes est celle qui prédomine déjà, les montagnes rouges ou ocres ne se reflètent déjà plus dans les lagunes qui selon l heure changeaient de couleur. Le spectacle reste malgré tout magique, mais c est tellement dommage. On a dormi le soir au refuge situe au bord de la Laguna Colorada, plus que spartiate... on a partage une chambre avec nos amis Anglais.
Le troisième jour commence des 5h30 du matin. On est parti de bonne heure pour voir le lever de soleil sur les geysers, semblables a des cones de volcans en éruption. Incroyable. Et puis les eaux thermales, sources naturelles autour de 40 degrés et enfin direction la Laguna Verde dominée par le superbe volcan Licancabur (pres de 6000m) que Patrice avait d ailleurs gravi il y a 7 ans. Il marque la frontière entre la Bolivie et le Chili ; seule la Bolivie a un poste douanier dans un cabanon. En arrivant a proximité du Chili, il y a des postes militaires compte tenu des relations tendues entre la Bolivie et le Chili ; ce dernier refusant a la Bolivie un accès a la mer.
Du poste frontière, on a pris un bus pour descendre sur San Pedro d Atacama au Chili ou l on passe la frontière chilienne en arrivant, avec le même bazar chaque fois qu'on rentre au Chili pour le contrôle de la nourriture (interdite). Seulement 47 km pour descendre sur San Pédro et passer de 4200 m a 2500 m d altitude. Tout le long, on a une superbe vue sur le Licancabur tandis qu on voit San Pédro tout petit, tout en bas, au milieu du désert d Atacama...
Voir la suite dans 15- Chili/San Pedro d Atacama.

village Uyuni



Salar et Sud Lipez